chien-malade-cortisone

La cortisone et le chien : que faut-il savoir ?

La plupart des traitements médicaux présentent des contre-indications. C’est le cas par exemple de la cortisone qu’il faut utiliser avec beaucoup de précautions en médecine vétérinaire. C’est un produit dont l’usage doit nécessairement se faire sous une bonne raison, car il n’est pas sans effet sur le long terme. Voici plus d’informations sur le sujet. 

La cortisone : définition

Ce nom est attribué à un certain type de médicament, les spécialistes de la santé les rassemblent sous les corticoïdes. En effet, ce sont des remèdes dérivant du cortisol qui est une hormone stéroïde qui est naturellement sécrétée par 2 petites glandes. Ces dernières sont localisées au-dessus des reins, ils sont appelés plus précisément, des glandes surrénales. Le cortisol assure de nombreuses fonctions dans le corps d’un chien. En particulier, il influe non seulement sur les réactions immunologiques, mais également sur les réactions inflammatoires. C’est la raison qui explique le fait qu’on les emploie comme anti-inflammatoires et même comme immunosuppresseurs.

Cependant, on dénombre maintes molécules de cortisone disponible dont :

  • Dexaméthasone ;
  • Prednisolone ;
  • prednisone ou  hydrocortisone ;
  • triamcinolone,

Ce sont tous des traitements qui sont disponibles sous plusieurs formes : en comprimé, en crèmes, en solution injectable, en pommade ou même en lotion. Notez que la solution injectable est à mettre en œuvre par un professionnel.

La cortisone : dans quel cas la prescrire ?

Utilisés pour traiter plusieurs maux chez les chiens, les corticoïdes assurent une fonction d’anti-inflammatoire lorsqu’ils sont utilisés à faible dose. Cependant, voici quelques mots qu’ils peuvent traiter :

  • Plusieurs troubles oculaires ;
  • Des déséquilibres inflammatoires ou allergiques ;
  • Les prurits ;
  • Certains cancers ou ralentir leur développement ;
  • Les œdèmes ;
  • Les otites externes ;
  • Et bien d’autres.

Les corticoïdes jouent un rôle immunosuppressif lorsqu’ils sont employés à dose élevée. Ainsi, ils sont d’une grande aide pour soigner les maladies auto-immunes ou pour aller plus loin, les maladies à médiation immunitaire. Ce sont des maladies qui peuvent affecter les articulations, les reins, la peau, le foie, le système nerveux central voire même le sang.

Aussi, en général, les corticoïdes sont employés pour soigner la maladie d’Addison. Ce dernier s’explique par le fait que les glandes surrénales se retrouvent dans l’incapacité de produire les hormones indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Ainsi, les vétérinaires prescrivent des corticoïdes pour remédier à l’insuffisance en « cortisone » naturellement produite.

Emploie de la cortisone pour le traitement du chien : quels en sont les effets mineurs ?

Ce qui est plus flagrant en matière d’effet secondaire quant à l’emploi de ce produit, est une consommation d’eau accrue suivie d’une sécrétion importante d’urine. Au cours de son usage, les reins laissent passer dans l’urine une certaine quantité d’eau supérieure à la moyenne. Cela confronte les chiens à une importante déshydratation. Alors dans le but de pallier aux pertes, votre chien boira une quantité importante d’eau. Cependant, lors d’une médication prolongée, votre chien peut subir des perturbations digestives. Aussi il y a d’autres effets secondaires qui peuvent être observés comme :

  • La léthargie ;
  • L’amplification du symptôme de Cushing ;
  • La retardation de la cicatrisation ;
  • Une prédisposition aux contaminations ;
  • Une baisse d’activité physique ;
  • Un amoindrissement des glandes surrénales
  • Le diabète ;
  • Et enfin, amener un halètement plus intense.

Ce sont là les conséquences éventuelles connues pouvant survenir suite à ce traitement. Il en existe bien d’autres. Par conséquent, c’est dans le but de limiter les dégâts que pour le traitement aux corticoïdes, il est recommandé d’utiliser la plus petite dose possible. Toutefois, notez que pour arrêter l’emploi de ce produit après l’avoir utilisé sur le long terme, vous devez le faire de manière graduelle. Vu que la cortisone réduit également la défense protectrice de votre chien, il est avisé de consulter votre vétérinaire lorsque des signes d’infection apparaissent. Dans le cas où votre chien présentait des vomissements, une perte d’appétit, ou fait la diarrhée, vous devez immédiatement cesser de lui administrer le traitement et contactez votre vétérinaire dans l’immédiat.

Conseils pratiques

Nous avons ensemble fait le tour de la question et vous comprenez clairement que le traitement à la cortisone n’est pas un traitement à prendre à la légère. Vous devez éviter de l’utiliser sans prescriptions provenant d’un vétérinaire avéré. Toutefois, lorsque vous administrez un tel traitement pour votre chien, veillez à suivre toutes les indications possibles et recommandation du vétérinaire. Si au cours du traitement votre chien présente des comportements inhabituels et inexpliqués, contactez immédiatement le vétérinaire qui lui a prescrit le traitement.

Le traitement à la cortisone présente d’énormes effets secondaires. Alors, il n’est qu’à utiliser en dernier recours. Mais si après plusieurs alternatives, c’est ce traitement qui est prescrit, veillez à respecter les indications et ne prenez rien à la légère. Le bien-être de votre chien en dépend. De plus, veillez à ce que votre chien soit parfaitement hydraté au cours du traitement.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.